lundi, 29 décembre 2008

samedi, 27 décembre 2008

John Grenouille



En passant dans les rues après la gare, on peut l’apercevoir calé au coin d’un porche. il m’a toujours interpellé; pourquoi ce gars avait-il une telle vie ? Chaque fois que je le voyais il était plongé dans ses lectures ou bien cherchait à manger au creux d’une poubelle.

mercredi, 17 décembre 2008

En m'enfonçant dans le bois qui habille la base de cette montagne, je laisse le soleil dormir dans la brume, au bas du ciel.
L'extraordinaire lumière m'atteint parfois et me fait frémir. C'est comme si ma vie avait été conçue pour ça. J'avais oublié qu'il en fallait peu pour qu'un homme puisse se sentir vivant.

En arrivant en ville pour mes études. J'imaginais que dans des livres ou au creux des rues il y aurait quelque chose de semblable, mais j'ai alors appris qu'une personne coupant les liens avec la nature demeurait dans la peur et ainsi sombrait dans l'égoïsme...



jeudi, 4 décembre 2008

début d'hiver frais

.







De gauche à droite;
Gemeaux, Poissons, Verseau, Taureau, Lion, Sagittaire



Belier, vierge,capricorne,scorpion,cancer,balance







Les jours s'enchainent,
le soir ça danse sur de l'accordéon, ou bien ça visite des expos trop concepts. Les gens parlent devant les « oeuvres » avec du vin chaud ou du champagne.
Puis le jour, arrivé à l'école en retard d'avoir trainé sous une grosse couette, on se remet de la veille avec un Snickers et un chocolat chaud, payé au vieux distributeur à café .

Des gens passent ; certains restent, d'autres s'en vont...
mais encore merci à tous ceux que je ne reverrais plus,
on se rend compte que c'est quand les gens ne sont plus là qu'ils nous manquent...


La vie est incroyablement belle; l'hiver douillet nous annonce une formidable neige. Elle murmure en ce moment sur les montagnes autrefois vertes..
Je me disait petit, que les alpinistes qui sont morts trop tôt doivent se réincarner en ces flocons.

ey ! merci !








recherche poussée pour une affiche dédiée à cartoon movie
un festival d'animation qui aura lieu à
lyon en mars 2009






.

mercredi, 26 novembre 2008




kiffmylife bonus


Née d'une modification génétique entre la gouache et la taille douce (gravure)
CLARISSE la fille qui décide d'aller boire une bière le jour de ses huit ans
est enfin proposée pour le concours (d'illustrations pour enfant) international de Bologne.







le samedi après midi
je vais souvent faire les courses,
j'y vais le samedi parce que la semaine je travaille dur

ce qui est embêtant c'est qu'il y à trop de monde.

Dans un super marché le samedi après midi,
on se dit que les gens sont sauvages et comme des animaux.
On a du mal à croire pourquoi les humains existent le samedi après midi dans un super marché
Du coup j'ai pensé qu'on pouvait s'élever du monde qui croupille et qu'on pouvait toucher du bout de son esprit une dimension qui groove.
Surtout quand il faut aller faire ses courses le samedi après midi, parce que c'est trop fatiguant de les faire pendant la semaine.





lundi, 24 novembre 2008


(recherche entre parenthèse)

fengshui ouistiti



samedi, 8 novembre 2008

bye l'homme qui vole

.





Après l'évenement d'hier, je me souvenais d' il y a 5 ans ;

Le quadragénaire aux cheveux roux était cool. Il gagnait sa vie en tant que vendeur dans un magasin réputé de Chamonix.
A mon adolescence il constituait un parfait idéal.
En discutant avec lui on entrait dans une dimension simple, palpable qui palpite.
Il passait son temps libre en tant que bassiste dans un groupe de jazz, ou bien allait écouter les rochers quand le soleil réchauffait les visages de la montagne.
J’ai travaillé pendant pas mal de temps en tant que stagiaire dans le même magasin.
Les jours creux où il n’y avait plus rien à faire qu’à attendre, nous discutons du monde des cimes et des glaces ;
« Le sport extrême a peut être un aspect mystique, mais quand même...

Je ne vois aucun intérêt à descendre en surf deux piolets à la main, une pente à 90 degrés,
sur des pentes gelées. »


Cette phrase illustre ces gens qui veulent rider avec les anges et qui au final y arrivent pour de bon…
aujourd'hui cette phrase illustre l'homme qui est parti trop vite du haut de la falaise avec son parachute,… hier après midi.

Attend mon gars, Ici des gens veulent te revoir. Comment feront-ils ?

Ce matin je me suis levé et je me suis dit;
Quand je me rendrais compte que tu n’es vraiment plus là ; je pourrais alors te dire merci, merci l'homme qui vole pour ta liberté, ton groove et ta gentillesse, pour tout ce que tu as été. Mais quand même... j’aurais voulu te dire bye … prends soin de toi là-haut









.

vendredi, 7 novembre 2008

le soir du 26 octobre



Ce soir là après la poissonnerie qui fait l'angle j'ai rencontré un vrai homme d'affaires.












(travail en parenthèse)

mercredi, 5 novembre 2008

Bologne



Clarisse a 8 ans,
Le jour de son anniversaire, personne ne pense à le lui fêter.
Fâchée, Clarisse dit « bye ». Et part dans l'intention d'aller boire une bière au bar des « bons amis ».






le gars au fond du puit

Inspiré de "chronique de l'oiseau sauvage" de Haruki Murakami. le gars au fond du puits illustre l'histoire d'un proche du roi Zaher, séquestré par des gangsters de Kaboul.

" Ils m'avaient jeté dans un puits où l'on ne pouvait que se tenir assis.
Ils l'avaient recouvert d'une couche de feuilles, si bien que je pouvais à peine respirer.
Il était impossible de faire la différence entre le jour et la nuit.
Chaque jour les bandits me lançaient un bout de pain..."

samedi, 25 octobre 2008

bad in a life

.





Quand le ciel est couvert,
le soleil n'a pas vraiment disparu.




C’est un jour blanc.
Au rebord de la fenêtre, je savoure une choucroute,
quelques patates et du fromage mont d’or. C’est un jour ou l’on est bien sous une couverture…
C’est le premier jour de repos, du « stop to break and down » qui débute dans la fraicheur des alpages.
La bise est levée, les arbres se lâchent, s’éteignent et écoutent « in a sentimental mood » de John Coltrane.
J’ai entrepris d’aller voir grand-mère, et d’aller flotter sur la mer de nuages.
Je me sens défait du bouillon de culture où « les » voir avant me réjouissait.
Je sais que le marais boueux où la végétation pourrit, continue à s’asticoter.
je reviendrais bientôt me baigner. :-)

vendredi, 24 octobre 2008

jeudi, 23 octobre 2008

la fille de la gare



Jamais en la croisant, même de très près, il ne s'est produit quelque chose.
Et c'est aujourd'hui, au début de cet automne frais où les écoliers se retrouvent et les arbres deviennent orange que cette jeune femme m'accorde un regard...

mercredi, 22 octobre 2008

La femme poussin



En face la femme poussin me parlait,
et malgré son œil en désaccord avec l'autre et son air joyeusement niais,
je reconnus en elle une plaisante fraîcheur de vivre.

mardi, 7 octobre 2008

mercredi, 1 octobre 2008

jasi





"Tripons ensemble, et mettons un peu de cette musique improvisée qui n'existe
qu'en situation, qui prend forme que dans son interprétation..."

samedi, 27 septembre 2008

.








Sur le croustillant d'un Eimalzin, qui rappelle que la Suisse produit de la nourriture bien.

Je me repose la tête, dans mon vieux siège poussiéreux. Et puis me laisse aller. J’ai une sensation d’asticot qui fête une crémaillère dans le cerveau. Ce n’est pas très frais …

Je tiens d’abord à présenter brièvement ici des illustrations sans grande prétention, juste un échantillon d’un boulot personnel de cet été :

un témoignage touchant d'une fille dans l'obligation d'avorter ...










Une douce brise dans mes cheveux,
je marche dans une rue paisible sous de grands ginkgos biloba.
Cette vision où je remets le sac de mon enfant qui revient de l'école.
Comment s'appellerait-il ?



.

samedi, 13 septembre 2008


.







Drozophile, fin.
Le ciel est voilé, il pleut. l’Automne sereinement, s’assoit sur notre beau monde.
Et dans ma Peugeot bleu outremer les gouttes qui tombent sur mon pare brise, me rappelle que le monde palpite toujours autant. Le son de Power of the Gospel par Ben Harper résonne étrangement dans ma tête. J’ai du mal à imaginer la fin de ce stage.
Parce qu’il est bon de sentir des gens passionnés par leur métier. Et c’est réellement ce qu’on peut sentir chaque jour en ouvrant la vieille porte vitrée de l’atelier.




.

mardi, 19 août 2008


Dans une pièce mal entretenue à la peinture écaillée, un liquide anesthésiant et froid est injecté dans mon bras. Dans une absence parfaite, je m’endors, et le vieux matériel chirurgical usé aspire et écorche mon rêve le plus cher.

mercredi, 13 août 2008

pause café

.









A l’atelier, on met l’accent sur le café. avant de commencer, ou quand il y a du beau monde qui passe. la boisson, par sa capacité à rassembler, décrispe et nous rend plus humains. C’est aussi autour du café qu’on entend tous les périples et les légendes(véritables !) de Drozophile.
Et c’est en discutant que j’apprends le plus.
Pourquoi telle décision a été choisie, pourquoi l’atelier a choisi ce chemin et pas un autre.
Et puis il y a toute une philosophie, et des convictions.

« On y met nos tripes dans nos affiches, alors ce n’est pas aujourd’hui qu’on va commencer quelque chose qui nous parle pas, en quoi on ne croit pas ».
Faire des choses auquelles nous croyons. Ces mots résonnent au plus profond de moi.
C’est la base de toute activité créatrice et artistique il me semble … yeah


Avec le café, et une équipe qui aime le métier, on fait sûrement plus que parler; on échange. On partage et on va de l’avant. Ca me plait beaucoup, et tout d’un coup ça donne vraiment envie d’y croire ! Ca donne le smile comme du James Brown
haha :) cool !!



.

mardi, 12 août 2008



Sans rien nous quittons ce monde.
Sans récompense.
Sans échec, ni réussite.
Nan Huai Chin
.












Un METIER de sérigraphe à L’atelier Drozophile


Tout d’abord dans cet atelier, les choses me paraissent assez complexes. Je n’y connais rien à la sérigraphie, et c’est un tout nouveau monde à découvrir.
Comme si chaque machine était une ville, à visiter et à en sentir l’esprit.
C’est émerveillé que cette technique ouvre mon robinet à rêves.
Le procédé consiste en gros à imprimer des formes, du texte ou du dessin grâce à de l’encre à travers un tissu ( un tissu en nylon super costaud et super tendu, même transparent que j’ai cru au début que c’était du plexi-glace.) On utilise ainsi des sortes de cache pour bloquer l’encre là où on ne veut pas qu’elle aille. Un peu comme si on se bouchait une narine pour se déboucher l’autre narine ! (Désolé je n’ai rien d’autre qui me vient à l’esprit pour illustrer simplement mon explication foireuse).
Enfin bref, avec mon expérience à 2 francs 50 dans l’usine de Rolex, je découvre que les machines et les produits ultra-chimiques peuvent aussi desservir des fins délicates et artistiques, et non à vous abrutir toute une vie entière.

Puis ces machines et ce matériel, on peut leur porter un véritable amour, leur demander si ils sont bien dans leur peau, si ils n’auraient pas besoin d’un peu plus de nettoyage, et en échange nous rendent le service d’imprimer un chouette travail.
« On a un véritable et authentique objet, qui a été pensé et conçu du début à la fin ».

C’est chouette, et plein de passion l’atelier drozophile !:)





.


dimanche, 10 août 2008





Quand je mordrais un fruit, tu connaitras ses délices.
Pablo Neruda


samedi, 9 août 2008


.






Je ne viens rien résoudre.
Je suis venu ici pour chanter
et pour que tu chantes avec moi .
pablo neruda





Ca y est ! Je commencerais mon stage ce lundi,
Il est là, tout près de la frontière côté suisse
un stage plein de vapeur à vous monter dans le crâne
un atelier de sérigraphie et
édition drozophile.
Et j’attends impatient de tâter tout ça de plus près :)



.


vendredi, 8 août 2008

blop !


Sous un doux ciel gris orageux, percé de soleil qui flotte, tu penses.