samedi, 27 septembre 2008

.








Sur le croustillant d'un Eimalzin, qui rappelle que la Suisse produit de la nourriture bien.

Je me repose la tête, dans mon vieux siège poussiéreux. Et puis me laisse aller. J’ai une sensation d’asticot qui fête une crémaillère dans le cerveau. Ce n’est pas très frais …

Je tiens d’abord à présenter brièvement ici des illustrations sans grande prétention, juste un échantillon d’un boulot personnel de cet été :

un témoignage touchant d'une fille dans l'obligation d'avorter ...










Une douce brise dans mes cheveux,
je marche dans une rue paisible sous de grands ginkgos biloba.
Cette vision où je remets le sac de mon enfant qui revient de l'école.
Comment s'appellerait-il ?



.