samedi, 8 novembre 2008

bye l'homme qui vole

.





Après l'évenement d'hier, je me souvenais d' il y a 5 ans ;

Le quadragénaire aux cheveux roux était cool. Il gagnait sa vie en tant que vendeur dans un magasin réputé de Chamonix.
A mon adolescence il constituait un parfait idéal.
En discutant avec lui on entrait dans une dimension simple, palpable qui palpite.
Il passait son temps libre en tant que bassiste dans un groupe de jazz, ou bien allait écouter les rochers quand le soleil réchauffait les visages de la montagne.
J’ai travaillé pendant pas mal de temps en tant que stagiaire dans le même magasin.
Les jours creux où il n’y avait plus rien à faire qu’à attendre, nous discutons du monde des cimes et des glaces ;
« Le sport extrême a peut être un aspect mystique, mais quand même...

Je ne vois aucun intérêt à descendre en surf deux piolets à la main, une pente à 90 degrés,
sur des pentes gelées. »


Cette phrase illustre ces gens qui veulent rider avec les anges et qui au final y arrivent pour de bon…
aujourd'hui cette phrase illustre l'homme qui est parti trop vite du haut de la falaise avec son parachute,… hier après midi.

Attend mon gars, Ici des gens veulent te revoir. Comment feront-ils ?

Ce matin je me suis levé et je me suis dit;
Quand je me rendrais compte que tu n’es vraiment plus là ; je pourrais alors te dire merci, merci l'homme qui vole pour ta liberté, ton groove et ta gentillesse, pour tout ce que tu as été. Mais quand même... j’aurais voulu te dire bye … prends soin de toi là-haut









.