samedi, 21 février 2009




Arrivés au sommet, les nuages bleus ont laissé place à une percée de sun.
Les pentes neigeuses scintillaient tendrement.
C’était bon ! Les flocons qui atterrissaient alors imposaient une ambiance sereine.
Le froid vif a gelé mes joues , je me sentais vivre .
et bien plus, ici on était à notre place.

Ce chalet perdu sous le massif blanc nous a accueilli quelques nuits.

Puis l‘on est reparti comme ces réveils, où le soleil n'est pas encore là, pour aller au travail...




.