mardi, 1 juin 2010

.








Pourquoi sommes-nous si heureux avec notre progression intérieure?
Avec l'Impression de devenir plus grand ? Plus important?
Responsabilité ?!   
La progression, de notre but, de nos intérêts apportent le feu !!  
l'Effort nous gratifie; Comme le couteau qui vient d'être aiguisé.
La sensation de coupe semble incroyable. Et tout le monde s'en réjouit,
Ouais !!! flex flex ! Léger ! On croit voler.
Réussite, fête, champagne.  On a des étoiles plein les yeux...
Champagne champagne j'ai dit . Plaisir jusqu'au bout !  
il semble que cela est réel ! Bain de félicitations!! Bravo, bravo.
Ce qui monte, ensuite descend. Les félicitations et flatteries ne sont-il pas drogues ?
Vivre éternellement dans les félicitations? oui
Alors le couteau qui a trop coupé s'émousse.
(Pareil ! Il faut ré-aiguiser, flatterie, plaisir, petite gâterie.) 

Le couteau qui a trop coupé, est comme souffrance,
Raclures à vif...
Il faut évasion, pommade, avec musique, film, cuisine, 
activités, métier, ami, petit ami, enfant...  
Toute utilisation pour aller mieux est pommade.
Pommade est toujours superficielle.
Mais le grand vide, creux à l'intérieur, toujours là.


Jusqu'au jour où silence. Les pensées ne sont plus là, :) Oui ! Est-ce possible ?
Les arbres dans le vent, ciel étrange, nuages flottent. Le temps est gris ce soir,
une voiture passe, le silence est très présent... Je n'avais pas remarqué :)
Martinet siffle crie, tri triii !! Le téléphone sonne j'observe, et le laisse...
.
.

.
.

.
.
.
Et à mes cotés l'oiseau est là, dans l'herbe, il respire difficilement.
Il semble s'éteindre, et l'on meurt avec lui. Le vent continue paisiblement.



.
.

.


Personne ne semble préoccupé par ce qu'il se passe.
Les arbres se referment, la nuit arrive...  Les oies volent jusqu'aux grands chênes.
La fatigue se diffuse.. Mes poumons s'emplissent une dernière fois, 


à bientôt.





.